Suivi des travaux début avril

Les membranes qui couvrent le digesteur ont été posées, il y en a effectivement deux: La membrane extérieure et la membrane intérieure, toutes deux superposées. La membrane intérieure retient le biogaz. La membrane extérieure (visible, voir photo) est toujours maintenue gonflée grâce à une pompe qui pulse de l’air entre les deux membranes (voir photo). Elle est toujours gonflée d’une part pour éviter que de l’eau ne s’accumule par temps de pluie mais aussi pour mettre en légère surpression le biogaz contenu sous la membrane intérieure. Les petites cheminées noires sont des évacuations pour assurer la circulation de l’air pulsé entre les deux membranes.

Vous pouvez également porter votre attention sur les photos prises de l’intérieur du digesteur avant fermeture définitive où vous pouvez voir la charpente sur laquelle repose la membrane intérieure, l’orientation des pales d’agitation qui brassent mais ne font pas avancer la matière et la forme du fond de notre digesteur avec ses pentes qui ramènent la matière vers le fond mouvant actionné par un vérin.

Le broyeur (type Molares) a été posé (voir photo) ainsi que la vis sans fin qui entraine la matière de la trémie vers le broyeur. C’est un broyeur qui fonctionne avec des couteaux/marteaux en rotation… Ces marteaux sont des pièces d’usure dont la durée de vie est de quelques mois selon les intrants. Les intrants broyés tombent dans la « chambre » de la pompe à piston qui pousse la matière vers le digesteur.

Les travaux de terrassement de la fosse de 800m3 de stockage du digestat liquide avancent. Vous pouvez voir la sortie par laquelle sera réalisée l’agitation à l’aide de la prise de force d’un tracteur. Agitation nécessaire avant pompage pour éviter l’accumulation de dépôts solides en fond de fosse.

L’échangeur thermique de dissipation pour la chaleur non valorisée a été posé sur le toit du local de la cogénération ainsi que la grande cheminée d’évacuation des gaz de combustion et les prises d’air. Effectivement la chaleur produite par le cogénérateur sera plus facilement valorisée en saison froide pour chauffer les bâtiments qu’en été où elle servira peut être pour sécher du fourrage ou des récoltes. Dans tout les cas, il faudra évacuer l’excédent éventuel, d’où la nécessité de cet échangeur thermique, son positionnement extérieur et ses ventilateurs pour assurer une convection forcée à travers les ailettes.

Merci pour l’attention que vous portez à notre projet… à suivre

 

 

 

.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *